Photographe culinaire

photographe culinaire drôme

Saveurs et savoir-faire font partie intégrante de la cuisine. Le chef joue avec le temps pour produire et procurer des instants d’émotions. B. Beaugé nous propose sa définition: « la mémoire joue un rôle primordial; c’est elle qui permet la constitution de ces ‘images appelées goûts». 

Fixer par l’image ce travail éphémère devient alors une manière de transcrire par le langage visuel des émotions fugaces qui changeront le rapport au temps et inscrit dans notre mémoire ces expériences gustatives en prolongeant leur mémoire. Composition et lumière rajoute une « vérité » qui procurent alors émoi et plaisir. 

Car la photographie, en tirant sa force de nos souvenirs, s’offre comme une surface de projection du goût, présentant une réalité fantasmé, détachée des qualités gustatives réelles du plat (trop salé, ou assaisonné de jus d’huître, épicée, sans perdre sa puissance d’évocation et d’appétence). 

L’image d’un plat n’a de saveurs que celles que nous pouvons lui prêter en fonction de notre mémoire. 

 

Quel est le rôle d'un photographe culinaire ?

Mon rôle de photographe est alors de permettre au spectateur de savourer en images, de voyager dans l’univers des chefs, d’inscrire dans la mémoire des gourmets ce qui fut consommé et oublié, comme le ferait un peintre proposant une fenêtre sur son monde intérieur, la perception de ce qui l’entoure à l’instant T avec une science de la lumière, donnant naissance à une forme transcendée de ce qu’il couche sur sa toile.

Savoir conjuguer son savoir-faire avec les talents des grands chefs des fourneaux, des amoureux du vin